L’automne est là, bien ensoleillé et doux ma foi !

Mais septembre/octobre marque, pour les carnassiers, le temps de faire des provisions avant l’hiver (si il arrive enfin…). Les températures relativement élevées pour la saison n’ont pas encore réellement déclenché la frénésie alimentaire des gros brochets mais ce n’est pas pour autant qu’il fallait perdre espoir !

C’est aussi l’occasion de s’adonner à une pêche formidable qui est celle de la perche. Ce poisson zébré qui peux faire d’une partie de pêche un véritable casse-tête ou une folie furieuse de touches toutes les 3 minutes.

En grand lac, il faut avoir conscience qu’il faille un moment avant de trouver la pêche, le spot et les poissons. La recherche et la connaissance des lieux est ici primordiale, pas de place au hasard ! Quand vous êtes au bon endroit, il ne reste plus qu’à s’appliquer pour faire de votre sortie perche, une réussite. Si vous avez le « bon leurre », alors vous enchainerez les prises avec un plaisir fou. Dans ce cas, « avoir le bon leurre » se résume à une très bonne présentation, qui passe par une plombée précise et une animation à la bonne vitesse (erratique lors de frénésies ou planant/décollé du fond pour les beaux spécimens) et surtout, dans certains plans d’eau, la bonne taille et la bonne couleur de leurres. Tous ces facteurs sont à prendre en compte… et oui pas si évident que ça.

En début septembre, il n’était pas rare de faire des trentaines  de perches,ou plus, sur le même poste. Le drop shot léger sans réelles animations des leurres est un gage de réussite. Détendre sa ligne en douceur et ponctuer par quelques tremblements permet souvent de prendre des doublés de perches à l’aplomb du bateau. Pensez à écraser vos ardillons car ces goulues n’hésitent pas à gober les leurres comme des pilules.

Pour ma part, j’ai opté pour des potences très très courtes en fluoro 30/100 dans mes montages drop pour gagner en liberté dans ma présentation tout en gardant une certaine raideur pour éviter que le montage ne vrille trop après quelques heures de pêche.

La bonne animation trouvée… la cinquantaine dans l’heure assurée !

En plusieurs sorties de fructueuse, les perches se comptent par centaines. Un plaisir partagé pour beaucoup sur le bateau quant au fait de prendre autant de poissons sur des cannes sensibles et légères. Une vraie pêche ludique et animée. Que ce soit sur les lacs de Langres, le Der ou les lacs de la Forêt d’Orient nous avons pu observer de belles populations de perches entre 25 et 35cm.

Par la suite, l’objectif fut, comme nos amis de Perch Pro, de chercher les plus gros spécimens. Changement de technique afin de sélectionner les pizzas 4 fromages ! Je décide de repasser sur des Jigs metal, spin tail, des deep cranks ou encore simple leurres souples comme le fameux Piglet montés sur une tête plombée entre 10 et 15g .

Les zones de recherche sont assez précises, il faudra parfois passer sa demie-journée à courir après nos belles pour se trouver enfin récompensé. Mais cela en vaut la peine lorsque les poissons de 35+ s’enchainent.

Un joli petit tableau de famille qui résume une petite demie-heure sympathique

Et parfois, à force de recherche et de persévérance, nous tombons sur le St Grâal ! Ces perches de l’espace tout droit sorties du fond du lac qui vous donne une touche digne d’un brochet. Leurs zébrures se dévoilant à l’arrivée au bateau tels des éclairs dans le ciel. Je pense que nous avons de la chance de pouvoir compter sur ces gros percidés dans le Nord-Est de la France.

Quand la traque des grosses perches sourie… c’est de suite largement maillé !

Nos amies les perches nous aurons bien gâtées en ce début d’automne et nous aurons permis d’oublier parfois les brochets boudeurs. Cette pêche reste l’une des plus technique qu’il soit même si les périodes de frénésie aux multiples prises semblent faire oublier qu’une excellente animation des leurres reste primordiale pour s’assurer un bon rendement de touches sur la journée.

Passons à nos amis Esox Lucius. Ce dernier, profite des journées qui raccourcissent et des températures qui baissent pour faire le plein avant l’hiver. La parfaite période pour le décider sur nos lacs aux leurres. Cette année, avec les nombreuses journées ensoleillées et douces, nous avons pu profiter de partie de pêche sur les « shallow » des plateaux et hauts fonds.

Ce qui m’a permis de pratiquer à nouveau une pêche que j’adore… le jerk ! C’est toujours un délice de prendre un gros stop en pleine animation ou de voir monter le poisson dans nos eaux claires. Le Buster est ressorti des boîtes, auquel est venu s’ajouter le petit dernier de chez Strike Pro, le Jonny Wobbler. Un leurre simple et d’une efficacité redoutable en faible profondeur sur des zones très pêchées.

Moi aussi je les croquerais bien ces bonbons !

Les poissons restent à cette époque encore bien dans les zones peu profondes et enherbées. Il faudra alors les faire réagir pour leur faire sortir le nez de l’épais tapis. Entre les billes d’un Buster et le fort wobbling du Jonny, c’est en marquant de longues pauses que les touches furent nombreuses! Des journées à plus de trente poissons ça donne toujours le sourire !

Nous avons touchés beaucoup de poissons calibrés entre 60 et 75cm mais possédant une force hallucinante pour beaucoup ! De gros rush, des combats tout en lourdeur sans jamais se rendre facilement, c’est fun pour des pêches en subsurface où les chandelles ne sont pas rares !

Des combats dantesques pour cette journée de folie avec Fabien qui mettra près de 20 poissons au bateau!

Quelques épisodes de froid et de pluie sont venus aussi ponctué la fin du mois d’octobre ce qui n’était pas du luxe ! Se fût le moment de ressortir quelques leurres souples pour s’atteler à des spécimens plus imposants. La pêche en linéaire restant d’une efficacité redoutable à cette période quand ces grands carnassiers décident de passer à table !

Peu de profondeur mais un superbe brochet pour Maxime !

 

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas .. Entre des matinées où le thermomètre n’affiche pas plus de 4°C et, où les après-midi piquent à 20°C en début de semaine… S’en suit des journées de pluie/neige avec de forts vents où les températures ne dépassent pas les 3/4°C de toute la journée. Il a fallu avoir le moral pour rester sur le bateau et faire quelques jolis poissons.

Aux durs ou aux souples les pics d’activités des grands prédateurs sont courts mais intenses ! Profitons en.

Mais les lacs nous auront encore bien gâtés et nous espérons trouver quelques poissons trophées dans la dernière ligne droite de l’hiver. La pêche ralentie, le nombre de touches diminue, mais les beaux poissons restent actifs. Il leur faut faire les réserves !

De l’eau devrait alimenter de nouveau les lacs de l’Aube pour une possible réouverture courant décembre, croisons les doigts !

Sur ce la pêche et les guidages continuent !

 

D’ailleurs 2019 sera l’occasion de vivre ces moments sur le bateau grâce aux séjours sur mesure !

https://www.youtube.com/watch?v=7dyg72WVMgo